Une journée sur la sauvage Handa Island

par | 24 Avr 2019

Lors de la préparation de notre road trip dans le nord de l’Ecosse, nous avons réalisé avec beaucoup de bonheur que ça allait être l’opportunité rêvée de voir nos premiers macareux. Mais si vous savez, ces petits oiseaux très colorés, typiques des pays du Nord de l’Atlantique Nord ! Quelques recherches m’ont rapidement fait découvrir l’île de Handa, située au nord-ouest du pays. On a donc décidé d’aller une passer une journée à la découverte de sa faune !

Où se trouve Handa Island ?

Comment se rendre sur Handa Island ?

L’île de Handa n’est pas très loin de la côte. On y accède au moyen d’un ferry, que je serais plutôt tentée d’appeler « petite embarcation ». Le bateau part de Tarbet, un tout petit village à 40km à l’ouest de Durness. Il n’est pas possible de réserver son billet à l’avance. Seule une amplitude horaire est disponible sur le site Handa Ferry : départs de Tarbet du lundi au samedi de 9h à 14h. Le dernier retour depuis l’île est lui à 15h. Il n’y a en fait aucun horaires fixes, tout dépend de la météo et de la demande !

Le billet coûte 15£ / adulte. Prévoyez du liquide, les CB ne sont pas acceptées.
Le ferry est en circulation seulement durant la saison touristique qui s’étend plus ou moins d’avril à septembre.

Ne sachant pas trop à quoi nous attendre, ni le temps que nous passerions sur l’île, on a préféré se rendre à la jetée dès 9h. A notre arrivée, pas de ferry en vue et pas grand monde aux alentours. Seule une petite cabane en bois avec une pancarte « Handa Island Ferry«  nous indiquait qu’on était au bon endroit. On a donc attendu ! La pluie s’est mise à tomber et on commençait vraiment à se demander si on ne perdait pas notre temps. Mais finalement des gens sont arrivés et se sont occupé de nous. Youpi ! Le billet acheté, ils nous ont fait embarquer à bord d’un petit zodiak. A bord, rien pour s’abriter du vent et de la pluie. Mais bon, quand on choisit de passer ses vacances en Écosse, on sait à quoi s’attendre !

Randonner sur Handa Island

A notre arrivée sur l’île, des rangers et des bénévoles sont là pour nous accueillir. Ils travaillent pour le Scottish Wildlife Trust qui est responsable de la préservation de l’île et de sa faune. Ils nous conduisent vers une petite cabane très rudimentaire qui fait office de centre d’informations avec quelques souvenirs et livres en vente.
Après un court briefing sur les règles à suivre, ils nous proposent de louer des jumelles pour mieux observer les oiseaux et nous donnent une carte de Handa. En fait, c’est très simple, une balade de 6km est balisée à travers l’île et plusieurs points d’intérêts sont indiqués avec notamment les meilleurs spots pour observer phoques, macareux et autres petites bêtes comme on aime !

La randonnée commence au travers des ruines du village historique de l’île. En 1847, 64 personnes habitaient encore sur Handa Island. Mais suite à la grande famine, elles ont toutes dû abandonner leurs maisons.

Au coeur de l’île, on croise de nombreux grands labbes qui ont leurs nids dans les herbes. Il est important de ne pas sortir du sentier au risque de les déranger. Et attention, il parait qu’ils n’hésiteront pas à attaquer s’ils se sentent menacés !
En plus des jolis petits traquets motteux comme celui ci-dessus, il est également possible de croiser des lagopèdes d’Ecosse ou, en été, des labbes parasites, connus pour voler le poisson des autres !

Dès qu’on approche des falaises du nord et de l’ouest de l’île, on aperçoit des dizaines et des dizaines d’oiseaux marins. Généralement, au pied des falaises, on trouve plutôt les guillemots de Troïl entassés les uns sur les autres. Pas facile d’en attraper une photo. En revanche, plus en hauteur se trouvent les pingouins tordas. Eux, ce sont les petits pingouins, les derniers représentants du genre depuis l’extinction du grand pingouin au 19ème siècle ! Ce sont eux que vous pouvez voir sur les photos au-dessus.
Mais alors, elles sont où nos petites stars, les macareux ? Vous connaissez « Où est Charlie » ?! C’est un peu le jeu auquel on joue avec eux. Parce qu’en regardant plus attentivement, on se rend vite compte qu’ils sont bien là, juste sous nos yeux ! Certains nichent sur les falaises, d’autres se promènent naïvement dans les hautes herbes… Heureusement, la couleur orange de leur bec et de leurs pattes aide à les différencier des autres.

Et là, de quelle espèce s’agit-il ? Une mouette insignifiante me direz-vous. Mais non ! Ceci est un fulmar boréal. Il a l’incroyable capacité de pouvoir boire de l’eau de mer qu’il désalinise ensuite au moyen d’une glande nasale. Et apparement ça lui réussit bien puisque son espérance de vie est de 35 ans, vraiment pas mal pour un oiseau !

Depuis les falaises, il est aussi possible d’observer des baleines et des dauphins nager au large. On n’a malheureusement pas eu cette chance. De même, la fin de la randonnée passe  par une petite baie qui abrite souvent des loutres. Si vous êtes patients, peut-être que vous en apercevrez ! A moins que vous ne trouviez un phoque gris en train de faire le bouchon dans l’eau, avec seulement sa petite tête qui sort !

A peine arrivés aux falaises, une averse nous est tombée dessus ! Et on n’avait même pas encore vu de macareux… Mais attention, je ne parle pas d’une petite bruine ! Il nous a plu dessus pendant au moins 30 minutes. L’eau était glacée, le vent soufflait et il n’y avait rien pour s’abriter. Comme il nous était arrivé la même mésaventure en Irlande l’année précédente, on s’était équipés au maximum contre la pluie. Et on ne l’a pas regretté ! On a donc pris notre mal en patience et une fois l’averse passée, on a pu tranquillement faire nos photos d’oiseaux. Mais je dois avouer qu’on avait très froid, surtout aux mains !

Nos conseils pour passer une bonne journée

On vous recommande de prendre avec vous :

de l’eau et éventuellement de la nourriture selon le temps que vous prévoyez de passer sur l’île.
des jumelles et/ou un téléobjectif.  Les oiseaux sont souvent un peu loin. Vous serez plus à l’aise pour les observer.
des vêtements de pluie (surpantalon et veste imperméables, chaussures résistantes à l’eau, éventuellement une housse pour votre sac…). Ne misez pas trop sur un parapluie. Avec le vent qui souffle sur Handa, il ne résistera pas bien longtemps.
des gants si vous faites de la photo. Le vent peut être très froid !

Découvrez aussi…

MACAREUX

Le petit clown des contrées nordiques

ROYAUME-UNI

God save wildlife

Dites nous tout

Avez-vous aimé cet article ?

 Les autres visiteurs lui ont donné la note suivante :

Envoi
User Review
4.89 (9 votes)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *