Itinéraire Zimbabwe #4 : de Gonarezhou à Mapungubwe

7 Mar 2020

Résumé de l’épisode précédent : Chizarira et ses sous-bois en altitude nous ont autant surpris qu’émerveillés. Nous nous sommes ensuite rendus à Mana Pools. Nous sommes tombés sous le charme de ce parc national malgré la sécheresse des derniers mois qui avait vidé ses points d’eau. Entre hippopotames et éléphants qui nous ont rendu visite, embourbement bien comme il faut et jeune rapace tombé de son nid, nous n’avons pas eu le temps de nous y ennuyer !

Notre road-trip au Zimbabwe se termine !

Jour 16 : En route vers le sud

Mana Pools, c’est loin de tout. Alors quand il faut en partir, la route est longue. Malgré le bon rythme que nous tenons toute la journée, nous n’arrêtons pas d’accumuler du retard. Pour ne rien arranger, Google Maps nous fait prendre une bretelle de sortie à contresens dans Harare. Plus de peur que de mal mais nous nous en serions bien passés. Après avoir roulé non-stop de 5h à 17h15, nous arrivons enfin au Great Zimbabwe. Nous sommes, comme d’habitude, seuls au camping. Celui-ci est calme et agréable : pas de bêtes sauvages dangereuses, pas d’insectes. Seuls quelques vervets bleus. On peut profiter des millions d’étoiles au dessus de nos têtes.

Nuit au Great Zimbabwe.

Vervets bleus

Jour 17 : Visite du Great Zimbabwe

Ce matin, on change un peu de registre. On laisse tomber les animaux pour quelques heures pour nous intéresser aux vieilles pierres. Le Grand Zimbabwe est un ensemble de ruines d’une ancienne cité médiévale dont l’origine remonterait au XIème siècle. Aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site est d’une très grande importance pour la région puisque c’est lui qui a donné son nom au pays lors de son indépendance en 1980. C’est un endroit assez chouette et la visite est agréable de bon matin, tant qu’il fait encore un peu frais.

On commence par grimper au sommet d’une colline au moyen d’un étroit escalier. On se faufile ici dans un labyrinthe de pierres et de passages bas pour accéder à la partie royale de la ville (the Hill Complex) puisqu’elle aurait autrefois abrité de nombreux chefs Bantu et Shona. Après être redescendus, on traverse ensuite le grand enclos ou ‘Great Enclosure’, situé au sud de la colline à seulement quelques minutes à pied. Plus récent, il remonterait au XIVème siècle et rassemble les fondations d’anciennes habitations, toutes regroupées à l’intérieur d’une grande enceinte.

L’escalier qui mène au Hill Complex

Au sommet de la colline

The Great Enclosure

Nous reprenons ensuite la route en direction du parc national de Gonarezhou. Après un arrêt au supermarché pour faire nos dernières courses du voyage, nous arrivons enfin à destination. Gonharezhou est immense et occupe toute la partie sud-est du pays. Et dans un effort de conservation des espèces, il a été rattaché au parc Kruger en Afrique du Sud et au parc Limpopo au Mozambique pour former le Great Limpopo Transfontier Park. Malheureusement, quand nous arrivons, nous avons la mauvaise surprise de découvrir que la majorité des pistes sont fermées en prévision de la saison des pluies qui n’a pourtant pas vraiment commencé. Nous atteignons le camping sur les coups de midi et décidons de nous y installer pour déjeuner. Mais des éléphants bloquent l’accès à notre emplacement et nous nous installons donc sur un autre en attendant qu’ils bougent. La bonne surprise, c’est que des nyalas sont en train de chiller dans les buissons à quelques mètres de nous !

Un nyala peu farouche

Des hippopotames barbotent, un éléphant passe…

L’un des nombreux martin-chasseurs du Sénégal qui nous réveillaient tous les matins !

En fin d’après-midi, nous partons faire une petite boucle sur une des rares pistes autorisées. Alors que le soleil descend et éclaire la savane de sa lumière dorée, nous photographions girafes, gnous, zèbres et même une outarde kori. Nous sommes presque de retour au camping lorsque nous apercevons un félin qui s’échappe dans la végétation. Après quelques coups de marche avant/marche arrière, nous finissons par le prendre en photo. C’est un jeune léopard qui, semble-t-il, a eu un problème avec son œil gauche.

Nuit à Chipinda pools.

Outarde kori

Un magnifique rollier à longs brins

Un léopard juste à côté du camping, rassurant !

Jour 18 : Safari dans Gonarezhou

Gonarezhou, ça veut dire ‘l’endroit où il y a beaucoup d’éléphants’. Et effectivement, ils sont vraiment nombreux ici. Le souci, c’est qu’ils sont nerveux, ont peur des voitures et ont tendance à être agressifs. Et nous, les éléphants agressifs, nous ne sommes pas fans. Surtout quand il nous foncent dessus en barrissant.

Vautours africains

Vautour charognard

Petit-déjeuner sur l’eau

Cette journée de safari n’est pas particulièrement mémorable. Nous avons tout de même eu la chance d’observer quelques bébés impalas vraiment minuscules et quelques raphicères de Sharpe (que nous savons différencier des raphicères champêtres maintenant !). Nous rentrons en début de soirée au camping et nous profitons du spectacle : des hippopotames qui font les hippopotames (ceux qui sont déjà allés en Afrique savent de quoi je parle) et des éléphants qui traversent la rivière avec de l’eau jusqu’aux épaules.

Nuit à Chipinda Pools.

Chilojo Cliffs

Raphicère de Sharpe

Barbican promépic

Papa hippopotame et ses petits

Jour 19 : Retour en Afrique du Sud

Après un dernier petit passage au barrage situé à proximité du camping, nous prenons la route en direction de Beitbridge : il va falloir passer la frontière dans l’autre sens… Mais avant ça, nous devons nous arrêter pour vider nos jerricans dans le réservoir pour ne pas être embêtés en cas de contrôle. Plus facile à dire qu’à faire. Un jerrican rempli à ras bord, ça pèse et vider ses 20L dans l’entonnoir, ça prend du temps… La frontière est plutôt calme quand nous y arrivons. Nous la passons (quasiment) sans encombre même si un petit arnaqueur essaye de nous extorquer 10 US$ jusqu’à la dernière minute (en prétextant que des bus remplis de monde sont sur le point d’arriver et qu’il peut nous aider à passer rapidement).

Damans des steppes à tâche jaune

Une fois en Afrique du Sud, nous prenons la direction du parc national de Mapungubwe. La route pour y arriver est remplie de nids de poule ! Quand nous arrivons, nous redécouvrons ce qu’est un parc national dans un pays riche, avec de belles infrastructures. La partie Est offre de jolis paysages avec un peu de dénivelé. La promenade sur la passerelle suspendue est super agréable. Nous devons ensuite sortir du parc pour rejoindre la partie Ouest dans laquelle le terrain de camping est situé. Pas facile de trouver l’entrée qui se trouve sur une petite piste juste avant la frontière avec le Botswana. Mais on finit par y arriver !

Nuit à Mazhou.

Partie de cache-cache avec une girafe

L’adorable raphicère champêtre

Jour 20 : Retour à Johannesbourg

C’est le réveil le plus facile du séjour pour Alexandra : il y a des guibs harnachés peu farouches à l’intérieur du camping. Autant vous dire qu’en deux temps trois mouvements, elle était en train de les photographier. Nous avons ensuite le temps d’aller voir ce qu’il se passe depuis la cache à oiseaux toute proche. Alors que nous nous installons, nous apercevons un groupe de potamochères en train de fuir.

Dernière nuit avec Hulky

Notre voisin guib harnaché

Nous prenons ensuite la route en direction de Johannesbourg. Six heures plus tard, nous rendons (avec un petit pincement au cœur) notre 4×4 et une navette nous transfère à l’aéroport. Fin de l’aventure. Nous nous sommes régalés mais nous sommes aussi contents de retrouver le confort de notre vie parisienne !

Bilan de ce road-trip ?

On a clairement eu notre dose d’émotions ! Nous ne sommes pas de grands aventuriers à la Mike Horn, mais nous avons l’habitude de barouder et ce road-trip nous a tout de même fait sortir de notre zone de confort. C’est aussi ça qui fait que nous sommes rentrés en France avec la tête remplie de souvenirs que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Nous avons beaucoup roulé, parfois un peu trop. Mais c’était le seul moyen de découvrir tout ce que le Zimbabwe avait à nous offrir. La sécheresse que subit le pays depuis plusieurs années a un peu gâché la fête : les paysages étaient moins verts que ce que nous espérions (en venant à la saison des pluies…) et surtout les lycaons sauvages ont été les grands absents de ce séjour.

Malgré tout, comme vous avez pu le lire tout au long de ces quatre articles, nous avons découvert un pays fantastique rempli d’habitants adorables pour la plupart. Nous sommes rentrés avec plein de jolies photos. J’espère que vous les aurez appréciées. En ce qui nous concerne, une chose est sûre, nous reviendrons un jour au Zimbabwe !

Retrouvez toute l’aventure ici

Dites nous tout

2 Commentaires

  1. Catherine SIMON

    Un grand merci pour votre joli blog. Il m’a fait rêver et j’ai pris des notes.Les photos sont magnifiques. Vous aimez paysages et animaux. Quant aux humains, ils ne vous font pas peur non plus. C’est pour nous la base de ces voyages africains dont on ne se lasse pas. Mon mari et moi sommes adeptes de la Namibie/Botswana où nous sommes allés déjà 3 fois, de l’Afrique du sud aussi où nous avons séjourné plus de 3 mois en 2016. Nous devions retourner ce mois-ci en Namibie et Botswana, mais le Covid en a décidé autrement. Aussi plutôt qu’une voiture de location nous pensons envoyer notre camion en Afrique du Sud l’année prochaine et, de là, passer au Zimbabwe, puis en Zambie. Longue vie à vous. Protégez-vous !

    Réponse
    • Alexandra

      Merci beaucoup Catherine pour ce gentil message qui nous a fait chaud au cœur ! On partage votre amour pour l’Afrique australe et j’espère que nous aurons nous aussi la chance de parcourir un jour le Botswana et peut-être même la Zambie ! En tout cas vous avez un chouette projet. Une fois votre camion là-bas, vous serez complètement libres 🙂 On vous souhaite plein de belles choses pour la suite !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire *

Nom *

Site web

Trois excellentes raisons de donner son @ !

Trois excellentes raisons de donner son @ !

Connaître les nouveautés du site en avant-première Suivre les évènements qui rythment notre vie de photographes Recevoir tout de suite un joli fond d'écran pour habiller téléphone ou ordinateur

Bienvenue parmi nous ! Votre fond d'écran est en route...N'oubliez pas de vérifier vos spam et délivrez-nous de cette boîte maléfique si on est dedans !

Trois excellentes raisons de donner son @ !

Trois excellentes raisons de donner son @ !

Connaître les nouveautés du site en avant-première Suivre les évènements qui rythment notre vie de photographes Recevoir tout de suite un joli fond d'écran pour habiller téléphone ou ordinateur

Bienvenue parmi nous ! Votre fond d'écran est en route...N'oubliez pas de vérifier vos spam et délivrez-nous de cette boîte maléfique si on est dedans !