Nager avec les requins-baleines de Ningaloo

par | 5 Mai 2019

Nager avec les requins-baleines, un rêve qui est devenu réalité lors de notre séjour en Australie occidentale. Pourquoi est-ce que ces gentils géants sont aussi mythiques ? Tout simplement parce que ce sont les plus gros poissons de nos océans ! Pour ceux que je vois froncer les sourcils, il est vrai que certaines espèces de baleines sont encore plus grandes, mais les baleines sont des mammifères, pas des poissons… Allez, montez à bord, on va tout vous raconter de cette journée exceptionnelle !

Le parc marin de Ningaloo

Le parc marin de Ningaloo est situé dans le nord-ouest de l’Autralie. Il s’étend grossièrement de 50km au Sud de Coral Bay jusqu’à Exmouth. Il fait partie d’une région plus grande classée patrimoine mondial de l’UNESCO, la côte de Ningaloo. Si cette zone est classée, c’est en partie grâce à son récif corallien qui a la particularité d’être extrêmement proche du continent (il est très facilement accessible en snorkelling depuis la plage) mais aussi à cause du rassemblement de 300 à 500 requins-baleines qui y a lieu chaque année.

Pourquoi les requins-baleines viennent-ils ici ?

Tous les ans, entre 7 et 10 jours après la pleine lune du mois de Mars, se produit un évènement aussi incroyable qu’exceptionnel : la reproduction des coraux. Les « oeufs » qu’ils pondent attirent de grandes quantités de krill et de planctons, qui attirent à leur tour les requins-baleines. Et voilà, le tour est joué !

Nager avec les requins-baleines

Avant de commencer à vous raconter notre expérience, nous tenons à vous préciser que, pour une fois, nous ne sommes pas les auteurs des photos qui illustrent notre journée en mer. Elles ont toutes été prises par l’excellent Jake Parker, photographe de la compagnie Three Island whale shark dive. Ce jeune photographe australien partage avec nous la conviction que la photographie animalière doit servir la conservation de la biodiversité. N’hésitez pas à le suivre sur son compte Instagram @jake_parker_imagery.

Echauffement

On embarque, on fait connaissance avec l’équipage et on commence la navigation.

On jette l’ancre près d’un récif corallien et on se met à l’eau pour un premier snorkelling d’une petite demi-heure. L’occasion pour nous d’observer plein de petits poissons (plus ou moins) colorés. Il n’y a pas vraiment plus à voir que ce qu’on a pu trouver les jours précédents lorsque nous nous mettions à l’eau depuis la plage, mais ça fait toujours plaisir !

L’heure du briefing

Pendant que notre capitaine dirige le bateau pour sortir du lagon, nous sommes tous réunis à l’arrière : il est temps de nous expliquer le déroulement de la suite. Un avion est en train de voler au dessus de la zone pour trouver les requins. Une fois qu’il les aura repérés, le pilote transmettra leur position à la capitaine du bateau pour que nous puissions nous y rendre.

Une fois dans l’eau, il y aura plusieurs règles à respecter pour déranger le moins possible les requins. Parmi celle-ci, il ne faudra pas s’en approcher à moins de 3m et ne jamais dépasser leurs nageoires pectorales, pour qu’ils n’adaptent pas leurs trajectoires à notre présence. Il sera également interdit de plonger pour passer en dessous du requin, pour ne pas qu’il se sente en danger. Nous n’aurons en fait le droit que de les suivre, un peu comme la multitude d’autres poissons qui les escortent sans cesse.

Dans l’eau avec les géants des océans

Après avoir parcouru quelques nautiques et manœuvré plusieurs fois, nous nous retrouvons enfin dans l’eau. Nous sommes alignés derrière notre guide. Le requin-baleine passe devant nous et nous nous mettons à palmer à ses côtés. Il avance paisiblement et nous arrivons à le suivre sans trop forcer. Ça va vous paraitre très cliché mais oui, la bête est magnifique ! Après une dizaine de minutes, on remonte sur le bateau, et c’est au tour du deuxième groupe de se mettre à l’eau. On répètera ce ballet plusieurs fois. Nous avons au total nagé avec trois requins différents.

Une dernière fois dans l’eau

Après avoir déjeuné à bord du bateau et alors que nous sommes revenus dans le lagon, nous repartons à l’eau une dernière fois. Les guides nous demandent de nous laisser dériver le long d’un récif corallien. Mais fatigué de prendre des coups de coude et des coups de palmes des autres participants, je décide de m’en éloigner… Grand bien m’en a pris car ça m’a permis de trouver deux raies qui se reposaient enfouies dans le sable, accompagnées d’un rémora !

Informations pratiques

Comme mentionné précédemment, nous avons fait cette activité avec la compagnie Three Islands Whale Shark Dive. Si vous décidez d’aller vous aussi nager avec les requins-baleines après avoir pesé le pour et le contre éthique, nous ne pouvons que vous recommander cette compagnie. L’équipage était très professionnel et sympathique. Nous avons in fine passé une super journée alors que nous étions très inquiets quand nous avons vu le monde qui attendait pour embarquer sur la jetée…

La compagnie offre le transfert en bus depuis votre hébergement à Exmouth jusqu’à la jetée de Tantabiddi pour embarquer. Comme nous avions envie de nature, nous avons dormi dans le parc national de Cape Range, au camping de Neds (coucou les petits cafards qui peuplaient les toilettes sèches !). Rendez-vous donc directement à la jetée, à 8h00 !

Tout le matériel de snorkelling (masque, tuba et palmes) est disponible en prêt sur le bateau mais si comme nous, vous avez votre propre matériel, autant venir avec ! Il y a même de la crème solaire, mais si vous pouvez emmener un tube de crème qui ne détruit pas les coraux, c’est encore mieux…

A bord, on a droit à un petit-déjeuner après le premier snorkelling, un déjeuner après les requins-baleines et un goûter (avec gâteaux, fromage et bière !) après le deuxième snorkelling. La nourriture à bord était plutôt bonne et il y avait surtout plein de choses à manger pour les végétariens (comme nous !).

On termine avec le sujet qui fâche : le prix. Lorsque nous avons fait cette activité en avril 2019, cela nous a coûté 395 AU$ par personne, soit environ 250€.

Nager avec les requins-baleines en Australie : est-ce bien éthique ?

C’est la question qui fâche et pourtant il est important de la poser. Comme sur La girafe et le grizzly, il est hors de question de raconter n’importe quoi pour se donner bonne conscience, on a fait des recherches et posé plein de questions. On tient à remercier à ce sujet Brittney de Three Island Whale Shark Dive pour avoir pris le temps de nous répondre en toute honnêteté.

Financer la protection

À la fin de notre journée, alors que nous rentrions vers la terre ferme, un des membres d’équipage nous a remerciés d’avoir choisi de venir nager avec ces gros poissons. Notre présence était d’autant plus importante qu’une partie du prix que nous avons payé est reversée pour la conservation des requins-baleines

Et en effet, environ 5% du prix payé pour participer à cette journée est reversé au programme de gestion des requins-baleines du ministère de la biodiversité, de la conservation et des attractions. Cela représente une grosse dizaine d’euros par personne. Cela ne parait pas beaucoup (on aurait aimé que ça soit plus) mais quand on fait les comptes à la fin de l’année, ce sont plus de 300 000€ qui sont reversés par l’ensemble des compagnies autorisées à exercer cette activité.

En plus de ça, Three Islands Whale Shark Dive est certifié « écotourisme ». Ce label est attribué aux professionnels du tourisme qui font preuve de forts engagements à avoir des pratiques durables tant dans leur contact avec la nature que dans la manière dont ils gèrent leur entreprise.

Réduire au maximum l’impact

À bord, on est longuement briefés sur le comportement à adopter une fois dans l’eau pour déranger le moins possible les requins avec lesquels on nage. Ces règles, on les a trouvées plutôt respectueuses des animaux puisqu’elles font en sorte que nous ne gênions pas leur déplacement et qu’ils ne se sentent pas en danger. En plus de ça, un seul bateau ne peut être au contact d’un requin à la fois, ce qui permet de réduire la pression sur les individus. Bien évidemment, il serait complètement naïf de dire que cette activité n’a aucun impact mais l’objectif est bel et bien de le diminuer autant que possible.

Enfin, Three Islands Whale Shark Dive s’est engagée à avoir un bilan carbone neutre. Ce qui n’est pas plus mal, parce qu’entre le bateau et l’avion de repérage, c’est pas la joie… Pour chaque excursion, les émissions sont compensées en finançant la plantation d’arbres en Australie occidentale. Ce moyen de compensation a ses détracteurs, parce qu’il faut attendre que l’arbre pousse avant qu’il se mette à absorber suffisamment de carbone. C’est vrai que ce n’est pas la solution idéale (le mieux aurait été de ne pas émettre…) mais ça a au moins le mérite d’être là !

Non à Monkey Mia !

Ça n’a pas grand chose à voir avec les requins-baleines, mais ça a à voir avec l’éthique de l’observation animale et ça se passe pas très loin de Ningaloo (voir la carte en début d’article). Monkey Mia est un complexe touristique qui s’est bâti autour d’une activité qui nous fait grincer des dents : le nourrissage de dauphins sauvages. C’est super, c’est génial, les dauphins viennent tous les jours à la même heure et les touristes les plus chanceux (ou qui auront payé le plus cher…) pourront les nourrir eux-mêmes !

Si à une certaine époque, cela a pu permettre d’étudier de près le comportement des dauphins et d’en apprendre plus sur eux, ce n’est aujourd’hui plus qu’une attraction faite pour attirer les touristes du monde entier. Surtout que depuis peu, le complexe a été racheté par un grosse entreprise australienne (spécialiste de l’assurance) qui a bien l’intention que son investissement lui rapporte le plus possible. Leur objectif : doubler la capacité d’hébergement. Et pour amuser toute cette galerie, il va falloir plus de dauphins. Il est donc prévu d’introduire rapidement de nouveaux spécimens, ce qui va à l’encontre de l’avis des plus grands spécialistes du comportement des dauphins. Je sais pas vous mais moi, quand j’entends des histoires comme ça, ça m’écoeure.

En ce qui nous concerne, on avait décidé de boycotter complètement, avant même de savoir que le complexe avait été racheté. On ne peut que vous inviter à en faire de même.

Découvrez aussi :

Deux jours sur Rottnest Island

Visiter un hôpital pour koalas !

Dites nous tout

Avez-vous aimé cet article ?

 Les autres visiteurs lui ont donné la note suivante :

Envoi
User Review
4.4 (5 votes)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *